H2 et CO2 to liquids

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65130
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

H2 et CO2 to liquids

Message par energy_isere » 26 avr. 2014, 14:17

il y a un article sur le site de la navy en question http://www.nrl.navy.mil/media/news-rele ... o-the-seas
Fueling the Fleet, Navy Looks to the Seas

09/24/2012

...............
NRL has developed a two-step process in the laboratory to convert the CO2 and H2 gathered from the seawater to liquid hydrocarbons. In the first step, an iron-based catalyst has been developed that can achieve CO2 conversion levels up to 60 percent and decrease unwanted methane production from 97 percent to 25 percent in favor of longer-chain unsaturated hydrocarbons (olefins). In the second step these olefins can be oligomerized (a chemical process that converts monomers, molecules of low molecular weight, to a compound of higher molecular weight by a finite degree of polymerization) into a liquid containing hydrocarbon molecules in the carbon C9-C16 range, suitable for conversion to jet fuel by a nickel-supported catalyst reaction. - See more at: http://www.nrl.navy.mil/media/news-rele ... P4U1z.dpuf
Ca donne aucune idée de la consommation électrique pour sortir un litre de carburant ......
ni de quelle quantité la petite installation expérimentale peut produire par jour.

Photo de l' installation :
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65130
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par energy_isere » 23 nov. 2014, 14:19

Comme les expériences de l' US Navy plus haut, mais avec du CO2 de l' air au lieu du CO2 dissous dans la mer.

(et je crée un fil dédié sur la question)
C'est possible, on a fait du gazole renouvelable

2014-11-15 — Usine pilote à Dresde.

Image

Usine de fabrication du gazole renouvelable

De l'eau, de l'air et une éolienne, sunfire vient de prouver qu'il n'y a besoin de rien de plus pour fabriquer du gazole renouvelable. Installé à Dresde, une ville qu'on connait déjà pour être le siège d'un fabricant d'éoliennes, sunfire est soutenu par Audi, qui s'est déjà distingué pour avoir lancé une usine pilote de production de biogaz renouvelable, mais la marque aux anneaux a fait mieux ici avec la fabrication de du gazole renouvelable.

A la base, il y a un courant d'électricité verte, dont on se sert pour réaliser une électrolyse de l'eau. On obtient ainsi de l'hydrogène. Dans une autre partie de l'usine, une technologie suisse (inventée par Climeworks) est employée pour extraire et capturer le CO2 de l'air ambiant. On trouve là les molécules de carbone qui sont nécessaires, avant de faire subir un traitement spécial à ces 2 gaz pour les transformer en un liquide aux propriétés analogues à celles du gazole.

Notre description simpliste cache en fait un processus d'une grande complexité, et on devine un coût de production très élevé. Mais l'important était de prouver que c'était possible, et que le processus est 100 % renouvelable. Les réserves de pétrole peuvent s'épuiser, on pourra toujours fabriquer du gazole de cette manière. Le produit obtenu est de surcroît ultra pur, sans soufre ni aromates, avec un indice de cétane plus élevé que le gazole courant.

Il est aussi possible de fabriquer de l'essence par le même procédé, voire du kérosène, mais avec le barril de pétrole à son bas niveau actuel, les technologies de sunfire vont probablement dormir plusieurs années. Pourtant, le gain en diminution des rejets de gaz à effet de serre est bien réel, puisqu'on part du CO2 déjà présent dans l'air. Il n'y a aucun ajout.
http://www.moteurnature.com/actu/uneact ... s_id=27660

Le captage du CO2 dans l' Air est idiot économiquement.
L' Allemagne à beaucoup de centrales a charbon, il vaudrait mieux capter le CO2 de combustion d' une telle centrale thermique.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12544
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par mobar » 23 nov. 2014, 18:49

energy_isere a écrit :
Le captage du CO2 dans l' Air est idiot économiquement.
L' Allemagne à beaucoup de centrales a charbon, il vaudrait mieux capter le CO2 de combustion d' une telle centrale thermique.
C'est surement par la que ça va commencer; centrales à charbon, à gaz ou à biomasse, cimenterie, turbines à fuel ou à gaz ...
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65130
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par energy_isere » 29 avr. 2015, 16:44

suite de ce post du 23 Nov 2014 : viewtopic.php?p=367647#p367647
Audi sort les premiers litres d’e-diesel

27 Avril 2015 Industrie&Technologies

Tout en continuant à explorer d'autres voies alternatives de production de carburant, Audi sort les premiers litres "d'e-diesel", produits à partir d'électricité renouvelable, de CO2 et d'eau.

Audi communique sur l’e-diesel depuis un certain temps. L’objectif affiché du projet étant d’obtenir avec un moteur diesel un bilan carbone équivalent à celui d’un véhicule électrique du puits à la roue. A Dresde, l’usine pilotée par Sunfire, partenaire d’Audi, produit enfin les premiers litres d’e-diesel capables de remplir l'objectif affiché. Pour en montrer l’efficacité, la ministre allemande de l’Education et de la Recherche, le Dr. Johan Wanka, en a même mis cinq litres dans son Audi A8 3.0 TDI.

L'e-diesel : de l'eau, du CO2 et de l'hydrogène mélangés à haute pression et à haute température

Pour communiquer sur un bilan carbone aussi bas qu’avec un véhicule électrique, Audi utilise de l’électricité produite à partir de ressources renouvelables – éolien, solaire, ou hydroélectrique – pour produire de l’hydrogène (H2). Le constructeur utilise un procédé d’électrolyse à haute température (800°C) dans lequel il récupère la chaleur. L’hydrogène est ensuite mélangé avec du dioxyde de carbone (CO2). Celui-ci est principalement fourni par une unité de production de biogaz, mais une petite partie est également capturée à partir de l’air ambiant dans une usine dédiée à cela et appartenant à Climeworks, qui a développé la technologie de capture. Le mélange du CO2 et de l’H2 permettent ensuite sous pression et haute température de produire du monoxyde de carbone (CO), de l’hydrogène et de l’eau, à partir desquels est synthétisé un liquide énergétique, le Blue Crude, du "brut bleu" comparable au pétrole brut, mais qui ne contient plus de soufre ni d’hydrocarbures aromatiques.

Image

Le Blue Crude est ensuite raffiné pour devenir de l’e-diesel, pour lequel des tests en laboratoire ont montré qu’il était utilisable aussi bien mélangé avec du diesel classique que tout seul, dans un moteur classique. Le rendement total de la production du carburant depuis la production d’hydrogène est de 70 %, selon le constructeur. Audi annonce une production de 3 000 litres pour les prochains mois.

En parallèle, Audi mène toujours des recherches pour produire de "l’e-gasoline" avec la start-up Global Bioenergies en France, et encore d’autres recherches avec la compagnie américaine Joule, qui utilise des microorganismes pour synthétiser les carburants Audi e-diesel et Audi e-ethanol.
http://www.industrie-techno.com/audi-so ... esel.38071

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12544
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par mobar » 03 mai 2015, 07:57

energy_isere a écrit :
Le Blue Crude est ensuite raffiné pour devenir de l’e-diesel, pour lequel des tests en laboratoire ont montré qu’il était utilisable aussi bien mélangé avec du diesel classique que tout seul, dans un moteur classique. Le rendement total de la production du carburant depuis la production d’hydrogène est de 70 %, selon le constructeur. Audi annonce une production de 3 000 litres pour les prochains mois.
C'est quand même un peu compliqué comme process et au final peu efficace. Avec un véhicule diesel qui a un rendement inférieur à 20% du réservoir à la roue, le rendement de la chaine complète sera de au plus de 14%

De la production d'hydrogène injectée dans le réseau de gaz naturel et des véhicules à pile à combustible à hydrogène feront au moins deux fois mieux ... quand les PAC seront au point et abordables
http://www.kbintelligence.com/fileadmin ... tibles.pdf

Quand on n'a qu'un marteau comme outil tous les problèmes ont la forme d'un clou.
Si Audi avait en portfolio une pile à combustible efficace, ils verraient surement la question autrement



Enfin, ça fait marcher le commerce et parler de la marque
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65130
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par energy_isere » 02 déc. 2015, 16:41

Une autre variante.

On part du CO2 et de l'eau H2O, on craque tout ça à haute température et on fait du syngas.

Je ne recopie que la partie intéressante de la news de levif.be, le reste est un affreux commentaire mal fichu.
.....
En Israël, c'est au dernier étage de la tour un peu défraîchie de l'institut Weitzman de Rehovot que l'équipe de NCF perfectionne son prototype de centrale solaire capable de produire un hydrocarbure, le syngas, à partir du CO2 contenu dans l'air.

Tout autour du bâtiment, un champ de panneaux solaires se réfracte sur un unique miroir, sorte d'immense loupe, qui permet de chauffer un réacteur à plus de 1.000°C.

"Toute cette chaleur passe ensuite par le réacteur, et c'est dans ce réacteur que la dissociation du gaz se produit", explique à l'AFP Uzi Aharoni, le chef des opérations de NewC02Fuel.

"Dans notre réacteur, nous mettons du dioxyde de carbone (CO2) et de l'eau (H20) et il en sortira du syngas, un mélange de monoxyde de carbone (C) et d'hydrogène (H2O)", poursuit-il perché au-dessus de l'engin, sorte de chaudron d'alchimiste moderne. Ce syngas peut être utilisé ensuite comme carburant.
......
http://trends.levif.be/economie/entrepr ... 37959.html

Rien de révolutionnaire la dedans, la chimie est connue depuis longtemps, mais c'est la mise en pratique qui se fait enfin.

Image
Le vice-président de la start-up israélienne NewCo2fuels, Uzi Aharony (d), et le PDG, David Banitt, travaillent sur un prototype de centrale solaire capable de produire du carburant à partir du CO2, le 24 septembre 2015 à Rehovot

http://www.leparisien.fr/flash-actualit ... 332551.php

EPE_bel
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 981
Inscription : 04 mars 2014, 09:26

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par EPE_bel » 02 déc. 2015, 17:11

energy_isere a écrit :On part du CO2 et de l'eau H2O, on craque tout ça à haute température et on fait du syngas.
Génial. Donc on va dépenser beaucoup d'énergie pour faire du gaz à partir de CO2 (dont la capture a déjà demandé de l'énergie) , gaz qui relâchera du CO2 à la combustion. Ou je n'ai pas tout compris? :-k
Autrefois EPE http://www.oleocene.org/phpBB3/memberli ... file&u=110 Accès au compte perdu

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2482
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par sherpa421 » 02 déc. 2015, 17:31

EPE_bel a écrit :
energy_isere a écrit :On part du CO2 et de l'eau H2O, on craque tout ça à haute température et on fait du syngas.
Génial. Donc on va dépenser beaucoup d'énergie
Dans ce que présente energy_isere j'ai cru comprendre que l'énergie utilisé est le soleil. On en a beaucoup pour pas cher. Ceci dit, comme toi je suis sceptique sur le bilan énergétique global du processus complet.
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15747
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par GillesH38 » 02 déc. 2015, 18:15

"Dans notre réacteur, nous mettons du dioxyde de carbone (CO2) et de l'eau (H20) et il en sortira du syngas, un mélange de monoxyde de carbone (C) et d'hydrogène (H2O)
Gné ? :shock:
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65130
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par energy_isere » 02 déc. 2015, 20:41

GillesH38 a écrit :
"Dans notre réacteur, nous mettons du dioxyde de carbone (CO2) et de l'eau (H20) et il en sortira du syngas, un mélange de monoxyde de carbone (C) et d'hydrogène (H2O)
Gné ? :shock:
encore une coquille du média......

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65130
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par energy_isere » 02 déc. 2015, 20:45

sherpa421 a écrit :
EPE_bel a écrit :
energy_isere a écrit :On part du CO2 et de l'eau H2O, on craque tout ça à haute température et on fait du syngas.
Génial. Donc on va dépenser beaucoup d'énergie
Dans ce que présente energy_isere j'ai cru comprendre que l'énergie utilisé est le soleil. On en a beaucoup pour pas cher. Ceci dit, comme toi je suis sceptique sur le bilan énergétique global du processus complet.
Comme ça utilise des rayons du soleil le bilan énergétique est pas important en tant que tel.

Ce qui va compte ici c'est le bilan financier. Cout d' investissement sur la durée et cout de fonctionnement d'une unité industrielle. Idem que pour les centrale thermique à concentration qui existent déjà et qui font de l' électricité.

Le soleil on a pas besoin de le payer. Les Incas avaient besoin de sacrifier des enfants pour qu' il continue de se lever, mais plus maintenant. :)
EPE_bel a écrit : ......faire du gaz à partir de CO2 (dont la capture a déjà demandé de l'énergie) .
suffit de se mettre en sortie d' une centrale thermique existante ou d' une cimenterie et récupérer le CO2.

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2482
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par sherpa421 » 03 déc. 2015, 14:46

energy_isere a écrit :Comme ça utilise des rayons du soleil le bilan énergétique est pas important en tant que tel.
Pour la transformation proprement dite, je suis d'accord. Mais il y a l'énergie grise de la fabrication du dispositif + l'énergie probablement nécessaire pour collecter, concentrer ou transporter le CO2. Pour un démonstrateur, le lieu d'implantation n'a pas d'importance. Par contre, pour une unité de production, l'emplacement optimal ça ne sera pas forcement le même que celui d'implantation d'une cimenterie.
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65130
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par energy_isere » 18 juil. 2016, 12:57

Des labos Suisses se mettent aussi à étudier la synthèse de carburants liquides à partir de CO2 et H2 à l' aide d' énergie solaire par procédé thermo-chimique.
La nouveauté ici c'est l' emploi de catalyseur au Cérium et rhodium.

Researchers turn solar energy into synthetic fuel

July 18, 2016 By Christoph Hammerschmidt

Sun power has the potential to solve the challenges of future energy supply. The only drawback is a huge one: The sun does not shine all day long, making the need for energy storage evident. Researchers from the Paul Scherr Institut PSI and the ETH Zurich university devised a chemical process that utilizes solar energy to produce high-energy fuels out of water and carbon dioxide. The development could pave the way to solar energy storage on chemical basis.

Solar energy today is widespread and ubiquitous. Photovoltaic cells transform sunlight into electric energy, solarthermics use the energy of the sunbeams to heat liquids. This technology is used in large-scale technologies such as in solar power plants where thousands of mirrors focus the sun radiation to a heat absorber that produces steam of temperatures of more than 500°C. The steam then drives turbines to generate electric energy.

An alternative to this process has been developed by research teams from the Paul Scherr Institut (Villigen, Switzerland) and the ETH Zurich University (Zurich, Switzerland). Their process can be used to turn carbon dioxide and water into synthetic fuel with solar heat as energy source – a world’s first, the researchers said. “Our method allows us to store solar energy in the shape of chemical bonds,” explained Ivo Alxneit fom PSI’s solar energy lab. “It is simpler than storing electric energy.” Their approach resembles the technology of solar power plants: Alxneit and his colleagues utilize heat to excite certain chemical processes that start only at temperatures beyond 1000°C. The thermal energy required could come from the sun.

The principle used by the Swiss researchers is called thermo-chemical cycle. This expression comprises the chemical transformations in a cyclical process as well as the amount of thermal energy needed. These processes require the presence of certain material such as ceroxide, a compound of the metal cerium. In simple terms, it acts as a catalyzer if it gets in contact with water and carbon dioxide molecules.

Such processes have been demonstrated already a decade ago. However, the technology required two separate processes, the thermo-chemical process described above and the so-called Fischer-Tropsch synthesis. This combination even has been proposed by the European research consortium SOLAR-JET for large-scale implementation.

“This would solve the energy storage problem,” Alxneit said. “However, the effort is huge”. Alxneit’s proposal makes the Fischer-Tropsch synthesis dispensable. The researchers developed a material that makes it possible to produce the fuels in just one step. They added small amounts of rhodium to the ceroxide. Rhodium acts as a catalyzer and thus makes certain chemical reactions possible. It is known that rhodium enables reactions with hydrogen, carbon monoxide and carbon dioxide. “The catalyzer is the crux of the matter”, said Alxneit. According to Alxneit’s doctorate student Fangjian Lin it was a tough challenge to master the extreme conditions of the reaction and develop a catalyzer material that survives the activation process at a temperature of 1500°C. For instance, iot was necessary to prevent that the extremely small rhodium islands on the surface of the material grew or get lost, because the chemical reaction takes place at their surface.

“Still, our combined process yields only small amounts of usable fuel”, Alxneit says. “But we proved that our idea is working. It is the key, everything else hitherto was science fiction”. The researchers already have performed 59 cycles, proving the process is sturdy and reliable enough for commercial implementation. The next step will be optimizing the process to achieve better yields.
http://www.smart2zero.com/news/research ... hetic-fuel

bon, le Rhodium c'est environ 650 $ l' once soit la moitié du cout de l' Or .....
http://www.infomine.com/investment/meta ... um/1-year/

malgré tout moins cher que le Platine (autre fameux catalyseur) qui est actuellement à 1000 $ l' once.
http://www.infomine.com/investment/meta ... tinum/all/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65130
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par energy_isere » 01 sept. 2017, 20:55

Bosch vante les mérites de l'essence synthétique

Ven 01/09/2017 — Et s'il avait raison ?

Laurent J. Masson MoteurNature

Des voitures qui ne rejettent plus de gaz à effet de serre, des voitures qui ne rejettent plus de particules, c'est ce que tout le monde souhaite, et il y a plusieurs manières d'y parvenir. La méthode mise en avant le plus souvent, est la suivante.

Le remplacement de tous les véhicules en circulation par des modèles électriques, sur batterie ou pile à combustible alimentée par de l'hydrogène. C'est l'objectif (rarement évoqué franchement) du bonus-malus, qui dirige les acheteurs de voitures neuves vers des autos zéro émission. Les restrictions de circulation en zone urbaine tendent au même but, jusqu'à l'interdiction de vente des voitures à moteur à combustion interne, que Nicolas Hulot a annoncé pour 2040. L'interdiction de circulation de toutes les voitures qui ne sont pas zéro émission devrait suivre de peu.


Le plan B de Bosch

Toutes les voitures restent en circulation. Personne n'a besoin de changer son véhicule, sinon parce qu'il est trop vieux ou usagé. Le changement est dans le carburant. L'essence synthétique est produite à partir d'une électrolyse de l'eau, avec de l'électricité certifiée d'origine renouvelable, et qui donne de l'hydrogène, auquel on rajoute du carbone issu des multiples industries où il est un résidu, ou un sous-produit. On peut aussi prendre du carbone dans l'air, en récupérant le CO2 de l'air ambiant. Ce carburant de synthèse étant très soigneusement préparé par des chimistes, il est beaucoup plus pur que du pétrole, et sa combustion ne dégage aucune particule. De plus, en faisant varier le rapport entre carbone et hydrogène, on peut faire aussi bien de l'essence, que du gazole ou du kérosène.

Alors bien sûr, si la fabrication de ces carburants de synthèse ne pose aucun problème technique, la question du coût est loin d'être réglée... Et le rendement énergétique global n'est pas reluisant, même si ces 2 points sont susceptibles de progresser grandement. Ce qu'il faut voir cependant, et ce que Bosch veut souligner, sont les économies potentielles.

Il y a en France moins de 300 000 voitures électriques, contre plus de 30 millions de voitures essence et diesel. Si on voudrait inverser cette situation, les sommes qu'il faudrait investir dans les infrastructures électriques (production et distribution) sont colossales. Alors que toutes les infrastructures de distribution de carburants liquides sont déjà en place...

Bosch ouvre le débat, il fait bien. L'Allemagne finance déjà un programme de recherche sur les carburants de synthèse neutre en carbone, d'autres pays pourraient explorer le sujet.
http://www.moteurnature.com/29030-bosch ... ynthetique

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65130
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: H2 et CO2 to liquids

Message par energy_isere » 11 nov. 2017, 13:20

Audi a choisi la Suisse, et Aargau, pour installer une usine de fabrication de carburant synthétique. L’e-Diesel sera produit à partir d’une source d’énergie renouvelable.

Un complexe Audi produira 400.000 litres de Diesel synthétique par an dès 2019. Ce carburant e-Diesel, fabriqué avec de l’énergie renouvelable, permet aux moteurs conventionnels de fonctionner comme avec du gazole classique. Toutefois, il est neutre en CO2. La marque allemande a choisi d’installer cette unité de production en Suisse, à Aargau. Elle ouvrira ses portes en 2018 pour produire ses premiers litres.

Procédé

L’électricité est produite par un barrage. Elle sert à l’électrolyse séparant l’hydrogène de l’oxygène de l’eau. L’hydrogène est mis en réaction avec du CO2 récupéré de l’atmosphère ou de composés organiques pour fabriquer des hydrocarbures. Ceux-ci sont ensuite raffinés en e-Diesel et en cire (pour d’autres débouchés industriels). Par ailleurs, la chaleur excédentaire peut être utilisée par les ménages et les industries environnantes.

Alternative au carburant fossile

Avec ce complexe, Audi explore une voie de plus en plus suivie par l’industrie automobile et pétrolière : le carburant synthétique neutre en CO2 et « nettoyé » des composants les plus nocifs des carburants classiques.
https://www.moniteurautomobile.be/actu- ... tique.html

400 000 litres. ça n'est que 10 camions citerne de 38 tonnes. Pour alimenter annuellement l' Intermarché du coin ?

Répondre