Le forum économique de DAVOS

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60017
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Le forum économique de DAVOS

Message par energy_isere » 23 janv. 2008, 20:11

Forum de Davos: la crise financière gâche la fête

La crise financière et la crainte d'une forte récession aux Etats-Unis ont sérieusement assombri l'atmosphère mercredi à Davos, en Suisse, au premier jour du , réunion annuelle de l'élite économique et politique mondiale.

Tandis que les marchés boursiers européens et américains rechutaient, le pessimisme a dominé les premiers débats parmi les quelque 2.500 grands patrons et dirigeants politiques conviés dans cette petite ville de montagne.

"Il va y avoir une grave récession aux Etats-Unis, un ralentissement dans les pays émergents et un fort ralentissement en Europe", a déclaré l'économiste Nouriel Roubini lors du traditionnel débat d'ouverture sur l'état de l'économie mondiale.

Lors du même débat il y a un an, M. Roubini avait été le seul à prévoir la crise financière américaine face à l'optimisme général qui régnait à l'époque.

Certains intervenants, notamment des chefs d'entreprises, ont tenté d'instiller un peu de confiance, assurant que la Chine et d'autres économies émergentes aideront la planète à amortir le choc. Mais cette théorie du "découplage" économique entre les Etats-Unis et les pays du sud a été âprement débattue.
la suite : http://www.boursorama.com/infos/actuali ... ws=5061429

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8623
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Le forum de DAVOS

Message par kercoz » 23 janv. 2008, 20:39

Ca craint pour nos bourses ! :(vu sur rue 89)


La France se fera voler la vedette à Davos. Hôte d’honneur de la 38e édition du Forum économique (WEF) qui s’ouvre ce mercredi, la patrie de Sarkozy participe pourtant en force à la grand-messe économique mondiale en y envoyant François Fillon, son premier ministre, et en offrant le dîner de clôture. Mais voilà, la crise boursière est passée par là.

Et les regards des 2500 participants qui ont déboursé pas moins de 25000 euros pour accéder à la station grisonne jusqu’à dimanche ne s'intéressent qu'aux émirs du Golfe, venus en force cette année, confirme Fakher Daghistani, un des chargés de communication du WEF. La raison de cet amour soudain pour les princes saoudiens, koweitiens et émirati? Leur fortune, gonflée à bloc grâce à l’explosion du prix du pétrole, et surtout leurs réserves en dollars, ces fameux fonds souverains qui font saliver tout le monde. Selon les spécialistes de la finance mondiale, le salut économique passerait désormais par les milliards de dollars patiemment mis de côté par les maîtres de l’or noir.

Environ 3000 milliards de dollars

L’homme que le tout Davos va courtiser s’appelle Saeed Mubarak Al Hajeri. Formé dans les plus grandes universités américaines, ce diplômé de Havard dirige la "Abu Dhabi investment Authority", ADIA pour les intimes. Il est à la tête d’une colossale force de frappe financière. Elle est estimée à plus de 943 milliards de dollars.

A-t-on besoin des fonds souverains?
Sergio Rossi, professeur à l’Université de Fribourg:

"On fait appel aux pays (notamment asiatiques) qui ont accumulé d’énormes excédents dans leur balance commerciale pour aider les pays déficitaires, en premier lieu les États-Unis.
Cela permet de financer le déficit budgétaire de l’administration Bush. Or, il y a une perte de souveraineté pour les pays au sein desquels ces fonds étrangers sont investis. Ces fonds -publics- peuvent acheter des parts d’entreprises pour les contrôler. On pourrait imaginer que Coca-Cola devienne asiatique ou UBS saoudienne. En outre, il y a un risque que la Chine, un pays autocratique qui exporte beaucoup de ses produits aux États-Unis,dicte aux Américains la politique économique qu’ils doivent suivre."

D’autres gros poissons seront les proies de la partie de pêche à laquelle prendront part les dirigeants des grandes entreprises de la planète, surtout des bancaires, mais aussi les ministres à la recherche de capitaux frais. Des occidentaux tout contents de profiter de l’occasion unique qu’offre Davos d’avoir sous la main ces géants gérants de fortune. Dans cette optique, Bader Al Saad, patron de la "Kuwait investment Authority" dont les réserves sont évaluées à plus de 300 milliards de dollars, Mohammed Al-Jasser, vice-gouverneur de la banque centrale d’Arabie Saoudite (400 milliards de dollars) et Khalid A Alireza, promoteur des fonds d’investissement islamiques seront sous les feux de la rampe. Tout comme les responsables des autres fonds souverains comme le quatari "Qatar investment Authority" (QIA) ou plus largement les investisseurs asiatiques, coréens du Sud, singapouriens et chinois. Au total, les fonds souverains pèseraient plus de 3000 milliards de dollars.

Bouffée d’oxygène

Et justement, jeudi sera la journée des pétrodollars à Davos. Bader Al Saad prendra la parole devant la crème de l’économie globale pour expliquer la stratégie financière de son pays. L’occasion pour lui de rappeler l’importance de cette bouffée d’oxygène pour des marchés en pleine asphyxie. Il dira aussi que les fonds arabes n’ont pas de leçon de transparence à recevoir de quiconque et que leur stratégie a changé. "Fini l’époque des dépôts à faibles risques auprès des banques occidentales. Voilà venu le temps d’une stratégie offensive d’acquisitions", note un conseiller économique arabe de haut rang qui veut garder l’anonymat.

Un exemple? ADIA, le fonds d’Abou Dhabi, vient de sauver des eaux City Group. Il a investi 7,9 milliards de dollars dans la première banque des USA engluée dans ses crédits à risques. L’UBS aussi est allée draguer les capitaux arabes. Son patron Marcel Ospel a été vu à plusieurs reprises au Qatar, à Abou Dhabi et à Ryad ces derniers mois, confie une source arabe. Mais pour l’instant, le salut est venu de Singapour même si un Saoudien de la famille royale a aussi mis la main à la poche.

L’amour a des limites

Reste que cet amour pour les milliards arabes a des limites. Celle notamment de la confiance des Américains et des Européens qui craignent de perdre leur souveraineté dans cette histoire. Le président français Nicolas Sarkozy l’a d’ailleurs dit publiquement lors de son passage à Ryad il y a une semaine. Il a déclaré que son pays est ouvert aux fonds souverains si leurs intentions sont «sans ambiguïté». En clair: s’ils ne cherchent pas à déstabiliser les entreprises ni à piller leur technologie ou à contrôler leur stratégie.

Clay Lowery, sous-secrétaire du trésor américain, a été plus loin encore. Si ces fonds ne donnent pas plus d’information sur leurs investissements et manquent de transparence sur leur objectif, cela pourrait conduire l’Amérique à une nouvelle série de mesures protectionnistes. Il s’est aussi inquiété au sujet de leur taille et de leur méthode de fonctionnement. Même son de cloche de John Gieve, le vice-gouverneur de la banque d’Angleterre qui voit d’un mauvais œil le changement de stratégie des vastes réserves de change du Moyen-Orient et de l’Extrême-Orient. Du rôle de prêteurs, ils veulent devenir propriétaires. D’autres analystes, plus pragmatiques et moins politiques, soutiennent, eux, que ces fonds d’Etat ne cherchent en fin de compte qu’un rendement rapide. Selon eux, les actifs des fonds souverains devraient atteindre 12000 milliards de dollars en 2015, soit plus de 10% de l’argent en circulation sur la planète.

Alors sauveurs ou prédateurs, ces fonds souverains arabes? Jusqu’à dimanche, cette question va obséder les têtes pensantes de l’économie libérale.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60017
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le forum de DAVOS

Message par energy_isere » 26 janv. 2011, 10:52


Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60017
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le forum de DAVOS

Message par energy_isere » 28 janv. 2011, 21:28

A Davos Nicolas Sarkozy s'en est pris au directeur de la banque JP Morgan Chase au sujet de la responsabilité des banques qui ont fait deschoses qui défiaient l' entedement .
.....DAVOS, Switzerland, Jan 27 (Reuters) - French President Nicolas Sarkozy clashed with the head of U.S. bank JP Morgan Chase (JPM.N) at the Davos forum on Thursday, telling him bankers had done things which defied common sense.


......
http://www.reuters.com/article/2011/01/ ... geNumber=1

Avatar de l’utilisateur
AJH
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1571
Inscription : 28 juil. 2005, 07:20
Contact :

Re: Le forum de DAVOS

Message par AJH » 29 janv. 2011, 12:22

kercoz a écrit : A-t-on besoin des fonds souverains?
Non, absolument pas ... nous pouvons créer notre propre monnaie, celle dont nous avons besoin pour notre économie interne.
Reste seulement le problème des besoins de devises ($ Yen ou €) qu'il faut emprunter pour nos besoins d'achats à l'extérieur, c'est à dire ce que nous ne pouvons pas produire... en gros, le déficit de la balance des échanges ( http://postjorion.wordpress.com/2010/07 ... la-france/ ) qui était équilibré jusqu'en 2005
Vous voulez les misérables secourus, moi je veux la misère supprimée ( Victor Hugo )
Sociétal et Dette et monnaie
Signez la pétition " POUR QUE L'ARGENT NOUS SERVE, AU LIEU DE NOUS ASSERVIR ! "

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60017
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le forum de DAVOS

Message par energy_isere » 16 janv. 2012, 20:05

Ca va étre le moment de suivre DAVOS.

Ca se prépare.

Le mouvement "Occupy" monte ses igloos au forum de Davos :

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60017
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le forum de DAVOS

Message par energy_isere » 27 janv. 2012, 12:27

Cameron à la solde des financiers de la City :
Davos : Cameron critique l'Europe non compétitive et son projet de taxe financière


Le Premier ministre britannique a vivement critiqué jeudi à Davos le projet franco-allemand de taxe sur les transactions financières, qualifié de "folie", et fustigé le retard de productivité de l'Union européenne, appelée à faire preuve "d'audace".

Défendre cette taxe est "tout simplement de la folie" au moment où l'Europe cherche à renforcer sa croissance, a lancé David Cameron dans un discours devant un parterre d'hommes d'affaires et de responsables politiques à l'occasion du 42e Forum économique mondial à Davos.

Et il en veut pour preuve les estimations faites par la Commission européenne elle-même, dans le cas, improbable compte tenu de l'opposition britannique, où cette taxe devait un jour entrer en vigueur dans l'Union européenne.

Selon le Premier ministre britannique, la Commission européenne a estimé à 500.000 le nombre d'emplois perdus, à quelque 200 milliards de dollars la réduction du Produit intérieur brut (PIB) pour l'Union européenne, et jugé que cette taxe pourrait contraindre quelque 90% d'opérateurs sur certains marchés financiers à quitter l'UE.

..............
http://www.boursorama.com/actualites/da ... 193942035f

Avatar de l’utilisateur
Alter Egaux
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4302
Inscription : 08 févr. 2006, 15:18
Localisation : Ile de France
Contact :

Re: Le forum économique de DAVOS

Message par Alter Egaux » 27 janv. 2012, 15:28

En même temps, Cameron défend le 1er paradis fiscal du monde, loin devant le Luxembourg.
Enlever la City à la GB, et il ne reste plus grand chose...
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60017
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le forum économique de DAVOS

Message par energy_isere » 27 janv. 2012, 16:37

Alter Egaux a écrit :En même temps, Cameron défend le 1er paradis fiscal du monde, loin devant le Luxembourg.
Enlever la City à la GB, et il ne reste plus grand chose...
Alter Egaux, pour une fois on est entiérement d' accord. ;)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60017
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le forum économique de DAVOS

Message par energy_isere » 23 janv. 2013, 20:17

Hollande n'ira pas à Davos : quand le président social-libéral soigne sa gauche
.........
Aller à Davos, c’était faire du Nicolas Sarkozy, faire comme son prédécesseur de droite qui s’y était rendu en 2010 et 2011, et qui en 2008 y avait envoyé François Fillon. C’était aussi apporter une caution à ce qui reste la grand-messe mondiale du capitalisme, à laquelle participent chaque année 1.500 chefs d’entreprises, mais aussi des centaines de ministres et une cinquantaine de chefs d’État.
.........

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60017
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le forum de DAVOS

Message par energy_isere » 23 janv. 2014, 21:35

Le centre de congré ou à lieu le forum de DAVOS, s'est équipé d' une centrale solaire PV en toiture.
Le centre des congrès de Davos se plie à la mode du photovoltaïque

23 Janv 2014

Avec sa piscine intérieure, le centre des congrès de Davos a lancé la première phase de son système photovoltaïque de 340 kWp, juste à temps pour la rencontre annuelle du forum économique mondial qui se tient jusqu'au 25 janvier.

Image

.............
http://www.enerzine.com/1/16835+le-cent ... ique+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60017
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le forum de DAVOS

Message par energy_isere » 23 janv. 2014, 21:54

Le déclin de l'Europe selon Davos et... le patron de Total

22 Janv 2014

"L'Europe devrait être considérée comme un pays émergent", a affirmé Christophe de Margerie devant la presse à l'ouverture du Forum de Davos. Signal d'alarme...

Image

Christophe de Margerie, le dirigeant du groupe pétrolier français Total, n'a pas l'habitude de mâcher ses mots. A l'ouverture du Forum économique mondial de Davos, mercredi 22 janvier, il a estimé devant la presse que "l'Europe devrait être reconsidérée comme un pays émergent" et non "comme une économie avancée au même titre que les Etats-Unis ou le Japon". Christophe de Margerie dont le groupe organise vendredi un dîner à Davos sur le futur de l'Europe, frappe fort, disant tout haut ce que beaucoup de participants pensent tout bas.

Le patron de Total estime que l'Europe, dont l'économie se débat dans une croissance molle, un chômage élevé et une inflation très faible, doit "refonder son modèle économique". "Reshaping the world" est d'ailleurs le thème de Davos cette année. Sans doute Christophe de Margerie l'a-t-il bien mieux compris que Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie et des Finances, qui viendra passer deux jours à Davos cette année pour assurer... du contraire !

"Un nouveau départ"
"Aujourd'hui nous essayons juste de combattre ceux (les pays émergents qui exportent beaucoup) qui parfois fabriquent le même produit (que nous Européens), moins cher", a-t-il dit, appelant à développer de nouvelles compétences et à rétablir la compétitivité.

"Franchement, nous avons besoin d'un nouveau départ. Arrêtons de penser que nous pouvons redémarrer à partir de choses qui ne peuvent plus être sources de développement ou de croissance pour nos pays".


Il estime également qu'il faut "cesser de faire une différence entre le sud et le nord de l'Europe, car dans ce cas, l'Europe est morte".

"L'Europe n'est pas de retour"

Un diagnostic assez largement partagé sur le fond par les "davosiens". Au cours d'une table ronde consacrée à l'Europe organisée par le Forum mercredi matin, les patrons de grandes entreprises se sont montrés plutôt pessimistes sur les perspectives à long terme du Vieux continent, malgré de maigres signes de reprise économique qui se profilent.

"Les choses semblent meilleures, elles semblent mieux qu'elles ne le sont vraiment, mais l'Europe n'est pas de retour", a déclaré Axel Weber, président du conseil d'administration de la banque suisse UBS et ancien patron de la banque centrale allemande.

Les économies européennes doivent, selon lui, mettre l'accent sur la technologie et l'innovation, notamment face à la montée en puissance de la Chine qui menace la compétitivité européenne.

"Une région qui ne prend pas soin de son avenir"

Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé mardi sa prévision de croissance économique mondiale en 2014, estimant notamment que la zone euro était en train de "tourner le dos" à la récession, avec une croissance attendue à 1%.

Mais ce niveau reste insuffisant pour donner une impulsion durable, a souligné le Français Pierre Nanterme, qui pilote le groupe de conseil informatique américain Accenture et a appelé à "briser la malédiction" de la croissance morne. L'Europe, si elle n'engage pas davantage de réformes, risque de se trouver confronter à 20 à 25 ans de croissance sans relief, a-t-il mis en garde, évoquant un scénario à la japonaise qui se débat depuis 15 ans avec la déflation.

"L'Europe est une région qui ne prend pas soin de son avenir", a jugé kenneth Rogoff, professeur d'économie à l'université de Harvard, jugeant que le Vieux continent risquait de perdre toute une génération.

Ces experts ont mis une fois encore l'accent sur la nécessité de réduire les déficits, d'assouplir le marché du travail et de lutter en particulier contre le chômage des jeunes.

A suivre, avec l'arrivée à Davos du Dr Doom de l'économie mondiale et européenne en particulier, Nouriel Roubini...
http://www.latribune.fr/blogs/inside-da ... total.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60017
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le forum de DAVOS

Message par energy_isere » 24 janv. 2014, 21:35

Ce qui se dit à Davos .....
Davos voit l’économie mondiale sur de bons rails

L’Europe est à la traîne d’une croissance qui repart. Mais, le Forum économique de Davos ne parie plus sur son éclatement.
..............
http://www.la-croix.com/Actualite/Econo ... 24-1096064

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60017
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le forum de DAVOS

Message par energy_isere » 18 janv. 2015, 14:51

et bien à Davos trés bientot (du 21 au 24 janvier) il ne sera question dans les couloirs que du Francs Suisse et du taux directeur qui y est négatif !

La Suisse abaisse son taux d'intérêt à -0,75% Le Figaro 15-janv-2015

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60017
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le forum de DAVOS

Message par energy_isere » 22 janv. 2015, 18:13

Le président de la République se rend au forum économique mondial, vendredi 23 janvier, pour la première fois depuis son élection. Objectif : rassurer les investisseurs étrangers

C’est une délégation française comme Davos en a rarement vu. Aux côtés de François Hollande, qui vient pour la première fois depuis son élection dans la station de ski suisse, pas moins de trois poids lourds du gouvernement feront le déplacement vendredi au sommet économique mondial, Michel Sapin, Laurent Fabius et Ségolène Royal.
...............
http://www.usinenouvelle.com/editorial/ ... ce.N309059

Répondre