Limite du prix du pétrole et de son extraction

Discussions libres mais portant sur le thème général de la déplétion.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60045
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Limite du prix du pétrole et de son extraction

Message par energy_isere » 29 sept. 2009, 13:51

un article de Sadad al-Huseini qui était à la téte de l' exploration et production à Aramco, dans Energy Bulletin :
http://www.energybulletin.net/node/50234

........
Question:
What are your views about the roles of unconventional oil supplies going forward?

Sadad: I think it’s very important to understand the difference between conventional oil projects and unconventional oil projects—let’s say, the extra-heavy crudes. The IEA put out their report in 2008 on the long term. They listed a whole lot of projects. If you look at the conventional oil projects, which I have, and plot the cumulative capacity against cumulative cost, what you come up with is $30,000 to $32,000 per barrel of capacity for conventional oil. That’s for projects coming on-stream between 2008 and 2015. If you look at the unconventional—that’s the Canadian extra-heavy, and I included two Qatari gas-to-liquids projects—the cost per barrel of capacity is $92,000 per barrel. It’s three times the cost of conventional oil. That means that if you want 100,000 barrels of unconventional oil (syncrude), you’ve got to invest $9 billion. And those are just at current costs. For the conventional oil, when you can find it, it’s $3 billion per 100,000 barrels/day. But even the conventional has gotten very expensive. If you look at the Tengiz and the Kashagans, they’re running $40 billion to $50 billion to get 500,000 to 600,000 barrels of oil/day. So everything is getting far more expensive and slower to develop.
I think, yes, we will have synthetic crude oil. The Germans ran their World War II machine on coal-to-liquids, but that was a very expensive solution; we can’t replace 80 million barrels a day with coal-to-liquids. So they will be important supplements but not replacements.
........

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8626
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Message par kercoz » 29 sept. 2009, 18:30

Sur Contrinfo , T Klare déclare (He said):
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2817
La période de transition entre énergies fossiles et renouvelables s’annonce agitée, avertit Michael T. Klare. Faute d’une conversion massive et rapide aux énergies nouvelles - qui paraît aujourd’hui peu vraisemblable - nos sociétés en seront réduites à compter de plus en plus sur des gisements « extrêmes », coûteux à exploiter, difficiles d’accès, certains situés dans des zones dangereuses, d’autres extrêmement polluants, dévastateurs pour l’environnement, et qui feront l’objet pour la plupart d’une compétition internationale acharnée, source de tensions géopolitiques.

..................
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

nemo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4178
Inscription : 11 oct. 2005, 03:46
Localisation : Limoges

La déplétion expliqué par un géologue

Message par nemo » 02 oct. 2009, 10:41

Une interview trouvé sur contreinfo réalisé par l'ASPO USA
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2822
Clair et bien argumenté, malgrès un peu de langue de bois concernant l'Arabie Saoudite.
Je remarque toutefois qu'il place la limite de la capacité a augmenter la production de non conventionnel dans les couts d'investissements (3 fois + élevé que pour le conventionnel d'après lui) et non dans une limite écologique (probléme de l'approvisionnement en eau ou de polution par exemple) ou d'un manque de gisement de bitume ou de gaz sur lesquels opérer.
Un bon article pour convaincre les sceptiques je pense.
"Tu connaîtras la vérité et la vérité te rendra libre"
Saint Jean 8, 32

"N'est pas musulman celui dont le voisin doit craindre la nuisance"
Prophète Mohamed

"Dans le spectacle la vérité est un moment du mensonge"
Debord

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60045
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La déplétion expliqué par un géologue

Message par energy_isere » 02 oct. 2009, 21:26

il s' agit de Sadad Al Husseini , dont on a souvent relevé les propos dans différents fils.
Comme ici en Aout 2009 : http://forums.oleocene.org/viewtopic.ph ... 20#p249420

ou ici en Nov 2007 : http://forums.oleocene.org/viewtopic.ph ... 77#p148877

Par ailleurs cette interview en Anglais avait été signalée dés le 29 Sept 2009, ici sur le forum : http://forums.oleocene.org/viewtopic.ph ... 27#p253727

Votre archiviste dévoué

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60045
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Limite du prix du pétrole et de son extraction

Message par energy_isere » 02 oct. 2009, 21:30

energy_isere a écrit :un article de Sadad al-Huseini qui était à la téte de l' exploration et production à Aramco, dans Energy Bulletin :
http://www.energybulletin.net/node/50234

........
Question:
What are your views about the roles of unconventional oil supplies going forward?

Sadad: I think it’s very important to understand the difference between conventional oil projects and unconventional oil projects—let’s say, the extra-heavy crudes. The IEA put out their report in 2008 on the long term. They listed a whole lot of projects. If you look at the conventional oil projects, which I have, and plot the cumulative capacity against cumulative cost, what you come up with is $30,000 to $32,000 per barrel of capacity for conventional oil. That’s for projects coming on-stream between 2008 and 2015. If you look at the unconventional—that’s the Canadian extra-heavy, and I included two Qatari gas-to-liquids projects—the cost per barrel of capacity is $92,000 per barrel. It’s three times the cost of conventional oil. That means that if you want 100,000 barrels of unconventional oil (syncrude), you’ve got to invest $9 billion. And those are just at current costs. For the conventional oil, when you can find it, it’s $3 billion per 100,000 barrels/day. But even the conventional has gotten very expensive. If you look at the Tengiz and the Kashagans, they’re running $40 billion to $50 billion to get 500,000 to 600,000 barrels of oil/day. So everything is getting far more expensive and slower to develop.
I think, yes, we will have synthetic crude oil. The Germans ran their World War II machine on coal-to-liquids, but that was a very expensive solution; we can’t replace 80 million barrels a day with coal-to-liquids. So they will be important supplements but not replacements.
........
Pour les non Angliciste, l' intégralité de l' interview, et donc du passage ci dessus , est maintenant traduite sur Contre Info :

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2822

nemo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4178
Inscription : 11 oct. 2005, 03:46
Localisation : Limoges

Re: La déplétion expliqué par un géologue

Message par nemo » 02 oct. 2009, 23:40

désolé si je ne suis pas tout à fait a jour. ;-)
"Tu connaîtras la vérité et la vérité te rendra libre"
Saint Jean 8, 32

"N'est pas musulman celui dont le voisin doit craindre la nuisance"
Prophète Mohamed

"Dans le spectacle la vérité est un moment du mensonge"
Debord

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60045
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La déplétion expliqué par un géologue

Message par energy_isere » 11 déc. 2009, 16:00

Un article de Pierre René Bauquis
LES BRUTS ULTRA-LOURDS ET LES HUILES DE SCHISTES N’AURONT
PAS D’INFLUENCE SUR LA DATE DU « PEAK OIL »

............

Ce tableau illustre un point important : les bruts ultra
lourds et les huiles de schistes ont une importance stratégique
(avec 6%de la production pétrolière mondiale
en 2020 et près de 15 % en 2050), mais n’auront pas
d’influence sur la date du "Peak Oil". Leur rôle essentiel
sera de ralentir le déclin de la production mondiale
au-delà de 2020. La clé du niveau ultime de leur production
n’est pas une question de ressources, mais la
possibilité (ou non) de résoudre les questions environnementales
liées à leur production : bilan CO2 et bilan
eau constituent le coeur des questions auxquelles il faudra
apporter des réponses.
....
http://aspofrance.viabloga.com/files/PR ... an2008.pdf

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60045
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La déplétion expliqué par un géologue

Message par energy_isere » 28 janv. 2010, 18:36

A sceptique, et pour aller dans la suite de ce post dans le fil : viewtopic.php?p=253043#p253043 ,

malgré la crise, la USA : la capacité éolienne 2009 est en hausse de 39 % en 2009. voir ce post : viewtopic.php?p=265431#p265431

moinsdewatt
Goudron
Goudron
Messages : 173
Inscription : 13 janv. 2010, 18:53

Limite du prix du pétrole et de son extraction

Message par moinsdewatt » 10 mai 2010, 20:01

Dans la page du Monde, un lien qui envoie vers :

http://biosphere.blog.lemonde.fr/2010/0 ... S-32280322
le baril à 200 dollars (suite)

10 mai 2010 Matthieu Auzanneau :

Pic pétrolier, ça va mal ?

Glen Sweetnam, directeur de la division internationale de l’Administration de l’information sur l’énergie à Washington, se contente d’évoquer des problèmes économiques conjoncturels, un simple défaut provisoire d’investissements. D’autres experts du pétrole proclament que nous faisons face à une limite géologique absolue : sur l’arbre fruitier, on cueille d’abord les fruits les plus beaux et à portée de main, avant de se résoudre à aller chercher ceux qui sont gâtés, là haut, sur les branches les plus difficiles à atteindre.

Depuis huit ans que je m’intéresse à ce débat, j’ai fini par comprendre que l’alternative entre limite économique (passagère) et géologique (définitive) n’est qu’un trompe-l’œil. C’est vrai, il y a encore tout un tas de ressources en carbone fossile à exploiter. Il est possible - extrêmement délicat, coûteux et polluant, mais… possible - de forer au large du Grand Nord, ou à des milliers de mètres de profondeur en face des côtes brésiliennes. On peut même envisager de construire des centrales nucléaires pour générer l’énergie nécessaire à la transformation en essence des pétroles « lourds ».

Soyons plus pragmatiques :tous ces pétroles « lourds » et « non-conventionnels » ne PEUVENT PAS être recueillis AUSSI VITE que les plus beaux fruits qui menacent de devenir moins disponibles dans un avenir proche, les light sweet crude, arabian light,… qui font tourner le moteur de l’économie mondiale depuis plus d’un demi-siècle. Pour reprendre le concept de l’historien et économiste Joseph A. Tainter, on peut parler d’un « rendement décroissant de l’investissement marginal dans la complexité ». Ceci revient à dire que le pétrole risque quoi qu’il arrive de devenir plus rare et plus cher à mesure que le temps passera, mutant en menace pour l’organisation économique et sociétale qu’il a largement contribué à fonder. Et plus seulement à cause du réchauffement climatique.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10484
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Limite du prix du pétrole et de son extraction

Message par mobar » 11 mai 2010, 08:54

moinsdewatt a écrit :
Pour reprendre le concept de l’historien et économiste Joseph A. Tainter, on peut parler d’un « rendement décroissant de l’investissement marginal dans la complexité ». Ceci revient à dire que le pétrole risque quoi qu’il arrive de devenir plus rare et plus cher à mesure que le temps passera, [/color] mutant en menace pour l’organisation économique et sociétale qu’il a largement contribué à fonder. Et plus seulement à cause du réchauffement climatique.
[/quote]

Le pétrole deviendra certes plus rare (dans le sens de moins abondant sur le marché), mais il ne deviendra pas beaucoup plus cher.

Nous avons atteint l'été 2008 un niveau de prix insupportable pour que les économies continuent de fonctionner comme auparavant.

Même un pétrole à 80 $ détruit des emplois, décourage l'entreprise et l'innovation parce qu'il tue la consommation et la croissance et le profit (bases des économies actuelles).

Ceux qui croient que le baril atteindra durablement 200$ et que l'économie continuera à fonctionner se trompent.

Au fur et à mesure que les réserves s'épuisent, le prix monte d'un cran, l'économie détruit des capacités de consommation puis le prix baisse jusqu'à la nouvelle poussée de fièvre qui entraine de nouvelles destruction de capacité de consommation.
Le seuil de basculement me semble etre plus prés de 100$ que de 200$.

Petit à petit, le système consumériste disparaitra avec la rareté de matières premières et de l'énergie, la démographie se réduira et les survivants se débrouilleront avec ce qui est renouvelable et ce qu'ils auront pu préserver.

La qualité de vie de nos enfants dépendra de leur nombre et des savoirs qu'ils auront su développer pour vivre dans un nouveau concept de civilisation.
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

samlowry71
Goudron
Goudron
Messages : 186
Inscription : 25 févr. 2008, 12:45

Re: Limite du prix du pétrole et de son extraction

Message par samlowry71 » 11 mai 2010, 20:02

A l'appui de cette thèse, voir comment les événements se sont déroulés ces 15 derniers jours ; le baril a fait une pointe à 87$ avant de chuter à 75$ avec la nouvelle tempête financière.

Mais ces 75$ étaient un prix plafond en 2006, dans une économie alors encore en expansion 8-[

Spiritatus
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 347
Inscription : 21 mars 2007, 23:39
Localisation : Sources du Rhône

Re: Limite du prix du pétrole et de son extraction

Message par Spiritatus » 11 mai 2010, 21:14

samlowry71 a écrit :A l'appui de cette thèse, voir comment les événements se sont déroulés ces 15 derniers jours ; le baril a fait une pointe à 87$ avant de chuter à 75$ avec la nouvelle tempête financière.
Si je comprends bien tu dis que si le baril était restait a 70$ ces 3 derniers mois il n'y aurait pas eu de crise financière? J'ai vraiment des doutes que ce soit si simple.
D'ailleurs remarque qu'avec un baril durablement à 20-30$ le baril (prix moyen 2003) c'est la crise financière assurée pour tous les gros pays producteurs, OPEP et Russie en tête...


Sinon il est probable que tant que le pétrole est à la fois:

- une source d'énergie (EROI>>1)
- une part importante du mix énergétique énergétique mondial

il ne pourra être "cher" en $ constant sur une longue période sans affecter l'économie

pascal47
Condensat
Condensat
Messages : 542
Inscription : 05 oct. 2007, 18:30
Localisation : Agen (France)

Re: Limite du prix du pétrole et de son extraction

Message par pascal47 » 12 mai 2010, 07:06

mobar a écrit : Au fur et à mesure que les réserves s'épuisent, le prix monte d'un cran, l'économie détruit des capacités de consommation puis le prix baisse jusqu'à la nouvelle poussée de fièvre qui entraine de nouvelles destruction de capacité de consommation.
.

.

Oui, c'est relativement vrai pour nos pays, mais pas pour les pays emmergeants, je pense en particuliers à la Chine avec son taux de croissance annuel d'environ 10% par an.

Le bilan risque donc au niveau mondial de produire une demande qui deviendra de plus en plus inférieur à l'offre, ce qui fera monter les prix du baril avec quelques baisses transitoires.

Il suffit de regarder l'évolution du prix du baril sur un an pour ce rendre compte que si le monde était habité qu'avec des occidentaux, les crises que nous traversons, ne font pas baisser son prix contrairement à toute logique.
Quelqu'un d'autre tire donc ... aussi sur les "bidons" !
Daniel Pennac (La fée Carabine)
"Le bonheur individuel se doit de produire des retombées collectives, faute de quoi la société n'est qu'un rêve de prédateur."

http://www.le-message.org/

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13999
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Limite du prix du pétrole et de son extraction

Message par GillesH38 » 12 mai 2010, 07:27

Spiritatus a écrit :
samlowry71 a écrit :A l'appui de cette thèse, voir comment les événements se sont déroulés ces 15 derniers jours ; le baril a fait une pointe à 87$ avant de chuter à 75$ avec la nouvelle tempête financière.
Si je comprends bien tu dis que si le baril était restait a 70$ ces 3 derniers mois il n'y aurait pas eu de crise financière? J'ai vraiment des doutes que ce soit si simple.
non bien sur : le mécanisme d'emprunt et de remboursement introduit des phénomènes de retard et d'hysteresis dans les causes et les effets : les emprunts que tu contractes à l'instant t ne te coute pas grand chose au départ; il faut simplement que tu aies des rentrées suffisantes pour le rembourser dans les années futures. Si tes rentrées d'argent ne sont pas celles espérées (ce qui est le cas des Etats si l'activité économique baisse), tu finis par te retrouver en état de cessation de paiement, mais c'est une cause qui intègre tout ce qui s'est passé les années précédentes. On ne peut donc certainement pas corréler les crises au prix instantané du baril. En revanche que sa hausse continue ait impacté durablement l'activité économique mondiale et que ça ait fini par constituer un manque à gagner considérable pour les états, ça me parait une évidence. Mais les hausses et baisses rapides sont bien sur plus dues aux réactions épidermiques du marché suivant les prévisions économiques.
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

samlowry71
Goudron
Goudron
Messages : 186
Inscription : 25 févr. 2008, 12:45

Re: Limite du prix du pétrole et de son extraction

Message par samlowry71 » 17 mai 2010, 09:00

Je veux souligner le fait que l'on est toujours à 70$ (69.99$ ce matin :mrgreen: ) alors qu'en 2006 le brut a fait une pointe à 78$ dans une économie en pleine expansion alors, avant de revenir assez vite à 55$.

Je n'explique pas du tout la crise en cours par la hausse des cours, celle-ci est due à l'endettement excessif des états :-({|=

Répondre