Manger moins de viande ?

Comment mettre en pratique la décroissance et vivre dans un monde sans pétrole (les «travaux pratiques» en somme : artisanat, nourriture, etc)

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Balika73
Charbon
Charbon
Messages : 215
Inscription : 20 janv. 2012, 19:52

Re: Manger moins de viande ?

Message par Balika73 » 20 août 2019, 14:21

Autant son livre "Décroissance et barbarie" était intéressant, autant sur l'antispécisme, l'animalisme et le véganisme, il ne raconte que des conneries. Ils exagère, caricature, généralise, prête des intentions, avec des sophismes de type "pente glissante" ou "faux dilemne", etc. On dirait un mec de l'Inquisition, empli de colère, face à une bonne femme vivant tranquillement dans la forêt.

Sa posture outrée est tellement ridicule qu'il fait le régal des caricaturistes véganes. En enquêtant, j'ai découvert que le personnage était aussi homophobe et obsédé par l'occulte. C'est un beau parleur qui adore grossir le trait, empailler des épouvantails pour ensuite les agiter au nez de tout le monde (pour qu'il achète ses livres "qui-font-très-très-peur"). Je suis très déçu par cet auteur.

Le sujet de notre rapport aux autres animaux, de la production de POA (produits issus d'animaux) et de leurs impacts sur l'environnement demande un peu plus de concertation et de sérieux.
"Je suis Terrien"

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10490
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Manger moins de viande ?

Message par mobar » 20 août 2019, 14:35

Balika73 a écrit :
20 août 2019, 14:21
Autant son livre "Décroissance et barbarie" était intéressant, autant sur l'antispécisme, l'animalisme et le véganisme, il ne raconte que des conneries. Ils exagère, caricature, généralise, prête des intentions, avec des sophismes de type "pente glissante" ou "faux dilemne", etc. On dirait un mec de l'Inquisition, empli de colère, face à une bonne femme vivant tranquillement dans la forêt.

Sa posture outrée est tellement ridicule qu'il fait le régal des caricaturistes véganes. En enquêtant, j'ai découvert que le personnage était aussi homophobe et obsédé par l'occulte. C'est un beau parleur qui adore grossir le trait, empailler des épouvantails pour ensuite les agiter au nez de tout le monde (pour qu'il achète ses livres "qui-font-très-très-peur"). Je suis très déçu par cet auteur.
Si ce sont les vérités qui te dérangent, tu peux aussi le lire au second degré comme Gilles avec les sites climato-sceptiques et là c'est plus rigolo, comme la peinture allo, quoi?
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 14003
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Manger moins de viande ?

Message par GillesH38 » 20 août 2019, 19:14

J'avoue que les rituels d'intégration au sein des milieux végans m'effraient lorsqu'ils conduisent à se faire marquer au fer rouge publiquement en solidarité avec les animaux d'élevage...
je me suis dit "c'est quoi ce délire" mais... mais ....

https://www.liberation.fr/checknews/201 ... ge_1685381


:shock: :shock:
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60067
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Manger moins de viande ?

Message par energy_isere » 15 nov. 2019, 21:13

Nous n’avons jamais consommé autant de viande
Les 330 millions de tonnes de viande produites dans le monde ont un impact majeur sur l’élévation des températures, ainsi que sur la détérioration globale de notre environnement.


Par Catherine Vincent LeMonde 15 nov 2019

L’élevage intensif serait-il l’angle mort de la lutte contre la crise climatique ? Pour maintenir le réchauffement planétaire à 2 °C ou moins – l’objectif de l’accord de Paris de 2015 –, il faut abandonner tout ou partie de notre consommation d’énergies fossiles – charbon, pétrole, gaz – afin de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). Mais, comme aime à le dire l’écrivain américain Jonathan Safran Foer, « notre planète est une ferme ». Et les 330 millions de tonnes de viande produites par an dans le monde ont, elles aussi, un impact majeur sur l’élévation des températures. Ainsi que sur la détérioration globale de notre environnement.

Additionnons l’énergie nécessaire à la production et à la transformation des aliments pour les bêtes, la fermentation entérique de celles-ci (flatulences et rots), le stockage et le traitement du fumier et, enfin, le transport de la viande produite. Selon le dernier rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) publié en 2013, l’élevage de bétail dans le monde totalisait ainsi, en 2005, 14,5 % des émissions de GES d’origine anthropique, soit un taux comparable aux émissions du secteur des transports. Fait notable : la viande bovine est à l’origine de 41 % de ces émissions (74 % si l’on tient compte de la production de lait), alors qu’elle ne représente que 22 % de la consommation totale de viande.

« L’élevage industriel ne nourrit pas le monde, il l’affame »

Ce n’est pas tout. Selon un rapport de Greenpeace publié en mars 2018, la production de viande et de produits laitiers serait la source de 80 % de la déforestation de la forêt amazonienne et mobiliserait jusqu’à 80 % de la surface des terres agricoles dans le monde, soit des centaines de millions d’hectares mobilisés pour nourrir les animaux que consommeront ensuite les habitants des pays riches, quand l’exploitation de ces terres pourrait directement alimenter ceux des pays pauvres. « L’élevage industriel ne “nourrit” pas “le monde” ; il l’affame en le détruisant », résume Jonathan Safran Foer.

Pour toutes ces raisons, les grandes instances internationales comme la majorité des scientifiques estiment que l’humanité devrait d’urgence réduire considérablement sa consommation de produits d’origine animale, en ciblant prioritairement l’élevage bovin. Le problème, c’est que nous n’avons jamais consommé autant de viande qu’aujourd’hui. Et que l’appétence des pays émergents pour ce mets longtemps inaccessible, à commencer par l’Inde et la Chine, ne permet guère d’espérer une inversion de la courbe. Passée de 70 millions de tonnes en 1961 à 330 millions en 2018, la production de viande pourrait au contraire continuer d’augmenter dans les décennies à venir, pour atteindre, selon les projections de la FAO, 524 millions de tonnes en 2080. A moins que le réchauffement de la planète et les catastrophes en chaîne qui pourraient s’ensuivre ne parviennent à nous convaincre collectivement de faire un autre choix.
https://www.lemonde.fr/idees/article/20 ... _3232.html

Répondre